Manifeste du cheveu crépu à LouiSimone Guirandou Gallery

Le plus bel héritage qu’une mère puisse offrir à sa fille, c’est de lui apprendre à s’aimer chaque jour,  et à s’honorer. Voici ce que veut laisser Yvonne Boliano Camara à sa fille. Ce message est tellement beau, que tous les enfants du monde devraient l’entendre au moins une fois.

Mais bien avant, il est important de retenir cette exposition dans les moindres détails.

Quand vous pénétrez dans les locaux de Louisimone Guirandou Gallery du 27 au 29 Septembre 2019, des touffes multicolores laissent vos yeux plein de surprise.

L’initiatrice de l’événement (Yvonne) l’a voulu comme un parcours de réconciliation.

discussion entre Yvonne Boliano et deux femmes
Yvonne Boliano Camara au centre

La visualisation d’un ballet

Il s’agit de la première étape de ce parcours initiatique. Une jeune fille au milieu de la scène. Ses cheveux, elle en a honte. D’autres, avec de longs foulards colorés apparaissent, l’entourent, lui rient à la face. Cela pourrait être perçu comme du harcèlement ; l’était-il sûrement !

Cette fille dans la tourmente exécute des gestes qui sembleraient la retenir au sol. La honte de sa chevelure était pesante. Nous pouvions bien en ressentir le poids.

Projection à LSGG

Tout bascula le jour où elle fit une rencontre : celle d’un homme. Il lui apprit qui elle est, ce qu’elle valait ; ce qu’elle avait à offrir.

Waou ! C’est le mot qui vient à la bouche quand sa chevelure se dévoile. Pleine de force, telle une lionne, elle se montre dans la splendeur de sa plastique noire.

Devinez quoi ?

En ce moment, les mêmes qui la critiquaient commencent à s’inspirer d’elle. En dessous de leurs longs foulards à n’en point finir, se cachait une douleur : celle de ne pas apprécier à sa juste valeur leur trésor capillaire.

groupe de femmes afro

Comme le disait un grand homme,

« En faisant scintiller notre propre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. »

Nelson Mandela

C’est exactement ce qui s’est passé.

L’exposition

Tout le long des murs, le cheveu noir est valorisé. Il est mis en évidence dans des photographies d’Isabelle Polneau et de Cissé Soumahoro et dans le beau poème d’Yvonne Boliano Camara que je vous invite à déguster maintenant.

 A ma fille

sourire

Ma fille, mon enfant chérie, je t’aime.

Je t’écris pour te dire combien je suis fière de toi. Je suis fière de la femme noire que tu vas devenir.

J’aime nos moments partagés ensemble le matin ou le soir, quand je plonge ma main dans tes beaux cheveux naturels. Ils sont crépus, doux, fins, généreux et subliment déjà ton joli visage.

Je veux que tu saches que tes cheveux font partir de ton identité. Ils disent qui tu es et comment tu t’acceptes

Tu vas apprendre à les coiffer, à jouer avec eux, à expérimenter les coiffures, les styles pour enfin trouver ton empreinte, ce qui symbolisera la puissance de ta beauté noire.

Ne prête pas attention à ceux qui voudront te détourner de ton identité. Ne cède pas aux diktats irrationnels qui voudront te donner envie d’emprunter une autre voie.

Ne perds pas de temps, sois fière de qui tu es et creuse ton sillon, pour devenir la femme puissante que tu peux devenir. Avec ta beauté naturelle, tu en as déjà tous les atouts.

Deviens une femme libre, ouverte, curieuse et tolérante. Ne juge pas les choix de coiffure de tes sœurs. Tu verras nos cheveux crépus dans tous leurs états, tu observeras en grandissant la versatilité plus ou moins sophistiquée de nos cheveux, de nos styles et de nos têtes.

Copie ce que tu voudras ou ne copie pas. Invente ton style avec fierté et malice. Joue avec tes boucles, assume ta personnalité et part conquérir le monde.

Ta maman qui t’aime de tout son cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.