Miss Univers 2020 : la peau d’ébène couronnée

C’est fait, l’Afrique du Sud est détentrice de la couronne mondiale de Miss Univers. Elle s’appelle Zozibini Tunzi et est la nouvelle perle mondiale en matière de beauté. Comment a-t-elle réussi à se hisser à un si haut sommet partant de ce qui apparait pour certains comme un handicap : la peau noire.

Un parcours des plus anodins

Zozibini Tunzi est la troisième femme noire à être couronnée Miss Univers.

Il y a quelques mois, Tunzi était encore une simple africaine qui faisait son petit bout de chemin.

En effet, la nouvelle miss monde travaillait dans une agence de publicité. Il est aussi important de relever sa carrière de mannequin. En Août 2019, elle est sacrée Miss South Africa avant de prétendre au titre mondial.  Dès cet instant, elle caresse de plus près le rêve : être le symbole de beauté par excellence.  Chose rêvée, chose réalisée.   

Mais selon vous, comment est-elle arrivée à cette étape ? Bien évidemment par son travail. Cependant, en plus de ses atouts physiques et intellectuels, deux choses qui ont jouées en sa faveur.

L’appropriation de sa culture

Zozibini respire l’Afrique du Sud et partant l’Afrique toute entière. En dehors de ces traits super fins et de sa taille de guêpe, elle représente. Contrairement à certaines de ses consœurs, elle s’est démarquée par son naturel. Le noir de sa peau, elle a su le sublimer et le valoriser. Sa chevelure : Naturelle, sans filtre. Pas de lace frontale, pas de rajouts kilométriques. Rien, juste elle et ses convictions.

La langue

Avec Zozibini Tunzi, on se rend bien compte du handicap de nos Miss francophones. Lorsque je l’ai entendu s’exprimer pour la première fois, j’ai compris que nous avons un sérieux problème : l’anglais. Elle le parlait avec tant d’aisance que j’en suis venue à me demander :

« Comment font nos Miss d’Afrique francophone quand elles vont à l’international ? »

Mais au-delà comment faisons-nous nous même pour être nos propres sorciers en diabolisant une langue qui peut nous propulser ?

En dehors de Miss South Africa, Miss Nigéria faisait aussi partir du top 20. Force est donc de constater que nous avons un grand espace à combler si nous souhaitons des résultats positifs à des concours internationaux.

Enfin, c’est un bonheur de voir une africaine porter la couronne d’un concours universel encore qu’il s’agisse du domaine de la beauté. Cela prouve bien que femmes et hommes noirs,

Peuple du Wakanda

Nous sommes beaux et belles.

La mélanine dans notre sang est le plus beau cadeau que pouvait nous faire l’univers. Le soleil sur notre peau : quel délice !

Petit à petit, les regards se tournent vers l’Afrique. Mais plus de la même manière que par le passé.

Il ne s’agit plus de nous prendre en pitié ou de parler de famine (ou même du fléau de la dépigmentation), non. Il s’agit d’ouvrir les yeux d’étonnement et de se demander « D’où vient cette génération d’Africains et à quel moment sont-ils devenus si sûrs d’eux ? »

 La joie n’a plus de secret pour nous. En plus nous sommes détenteurs d’une mine créative qui devient incontenable. Les émojis africains d’O’Plérou, Lafalaise reine des cauris, La sculpture des cheveux par Laetitia Ky … tous ces exemples le démontrent : L’Afrique, ce n’est pas le futur.

L’Afrique c’est MAINTENANT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.