10 photographes ivoiriennes à connaître

La photographie s’apparente à l’un de ces domaines qu’on dirait monopolisé par la gente masculine. Pourtant, ces dames ont réussi à se faire une place dans ce carcan, bougeant ainsi les lignes au niveau national et même international.

L’abcès a été crevé il y a quelques années déjà par des photographes ivoiriennes que sont Amah Rachel Boah et Hien Macline.

Les précurseuses ivoiriennes de la photographie

Amah Rachel Boah

La première citée est une métisse née en France ayant grandi à Abidjan. 

Elle prend la décision de créer un pont entre ces deux cultures qui vivent en elles : occidentale et africaine. Sa rencontre avec la photographie se fait en 1999. Amah Rachel remporte le Premier Prix Ilford de la photographie Noir et Blanc en 2000.

deux hommes photographiés par Amah Rachel Boah

Hien Macline

Entre 1996 et 1998, elle se forme à l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle communément appelé INSAAC. Elle traite des conditions de la femme et des enfants. Ses œuvres d’une réalité vraie et brute avaient été exposées il y a quelques années déjà à Louisimone Guirandou Gallery. Hien Macline fait partie de ces photographes ivoiriennes qui ont donné une nouvelle dynamique à la photographie en Côte d’Ivoire

Elles ne sont pas les seules mais aujourd’hui, nombreuses sont les générations qui grâce à elles ont vu éclore de nouvelles photographes « femmes ».

Joana Choumali

Icone incontestée et représentatrice de la gente féminine en matière de photographie, Joana Choumali est une photographe ivoirienne. Si elle cache son sourire derrière son objectif elle n’en demeure pas moins la mieux positionnée dans le monde de l’art contemporain africain dans sa catégorie. Née en 1974 à Abidjan, elle est la première africaine à obtenir le Prix Pictet le 13 novembre 2019 avec sa série « ça va aller ».  Ce prix récompense depuis 2008 un photographe pour un travail consacré au développement durable.

A côté de ses femmes qu’on pourrait appeler « percuseuses », il en a qui réussissent de plus en plus à se faire une place dans ce domaine.

Les étoiles montantes de la photographie « made in ci »

Ly Lagazelle

Ly Lagazelle de son vrai nom Lissa Phillis Tabitha est une photographe ivoirienne. Elle vit au Maroc. Elle s’est fait connaitre au plan international avec sa collection « les mains ». Le déclic pour la photographie intervient en 2017 lors du Festival des Arts Visuels d’Abidjan (AVA). Être hôtesse de cet événement à la fondation Donwahi a permis d’établir le lien entre l’artiste et le monde des arts visuels. Amoureuse du blanc noir, Ly Lagazelle est une artiste à suivre.

Nadi Jessica

Photographe affirmée, Nadi Jessica est avant tout développeuse d’application. Le choix de la photographie se fait pour elle à la fin d’une formation dénommée « she is the code » où elle décide d’exprimer sa passion. Nadi est l’initiatrice du Photo Challenge 2K19 qui consiste à partager chaque jour de l’année 2019 une photo. Sa source d’inspiration pour ce projet est le créateur des émojis africains : O’Plérou Grebet.

Nadaud Aïcha Fall

Suivie par plus de 5000 personnes sur instagram, @aichfa est une ivoiro-sénégalaise en pleine ascension. La photographe se fixe pour projet d’écrire et de raconter des histoires. Elle prend à cœur la cause de la femme. A la fois photographe et modèle, ses choix affirmés font fi de pudeur et d’abstention. Encore dans la mouvance actuelle où le téléphone occupe une place prépondérante, elle se positionne comme iphonéographe. Aïcha a eu sa première exposition solo le 23 décembre 2020 à l’Espace Dozo à Abidjan.

Noëlla Elloh

Noëlla Elloh est une artiste visuelle. Son exposition « Weaving Generations » en 2019 marquait le premier pas vers une affirmation claire et nette de sa qualité de photographe. Noëlla s’intéresse aux questions de l’environnement, du climat et des traditions. Découvrez la ici.

Mariette Kouamé

La photographie de Mariette est intense. Artiste née, elle conclut une alliance entre la photographie et la littérature. En effet la poésie rejoint aisément ses clichés pour leur donner un aspect lyrique. L’artiste est une amoureuse des pigments et notamment ceux issus de la mélanine. La couleur marron, elle sait la sublimer mais encore, n’hésite pas à jouer avec des paysages maritimes et de terres battues.

Akobs

C’est la championne du minimalisme. Vous savez « Less is more ». Ses photographies de nature mortes ou encore de compositions offrent un paysage limpide et facile à apprécier. Marie Jeanne Akobe s’inspire de son quotidien pour créer des visuels parfois de designs d’intérieur, parfois de nourriture, il n’en demeure pas moins que l’usage des couleurs reste frais et cohérent.

© Akobs

Saphir Nakadie

Cette photographe ivoirienne conçoit des portraits et photographies épurées. Axée sur la mode, Saphir est reconnue pour son travail tant en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger ; l’apparition de ses photographies dans MILC Magazine, VOGUE  le prouve.

© saphshoots

Cette piqûre de rappel est la preuve qu’il y a bel et bien des femmes photographes ivoiriennes. On ne prête souvent pas attention à leur réalité, leurs difficultés. Mais en parler autour de soi, les solliciter, voilà un bon début pour les hisser au rang des meilleurs photographes ivoiriennes au plan international. En connaissez-vous d’autres ? N’hésitez pas à les mentionner en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.